dimanche 4 novembre 2018

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Ne voulant pas faire de son film le reflet d'un débat sociétal, Lukas Dhont nous offre au contraire un pur moment de cinéma. Girl est un film intimiste au plus près de son personnage (incroyable performance de l'acteur Victor Polster) qui nous offre un portrait d'un adolescent en pleine souffrance mentale et physique (mis en scène et en image par l'intermédiaire de la danse).
Un film lumineux et pudique...


Gilles Lellouche pour son premier film nous offre une comédie chorale au casting cinq étoiles pour notre plus grand bonheur. Le grand bain fait partie de ces films trop rares qui arrivent à réunir un cinéma d'auteur tout en nous amusant follement.
Le film qui va dynamiter la comédie franchouillarde... A voir par tous et sans aucune excuse.


Capharnaüm est une fable hyperréaliste peignant un Proche-Orient (décidément) sous les bombes et les larmes. Tandis que la plupart des acteurs jouent leur propre rôles, Nadine Labaki (la réalisatrice) les suit au plus de l'action. Cette plongée dans l’enfance mal aimée ne laissera personne de marbre...


Un joli hommage aux comédies policières américaines des années 1980 bourré de références et d'humour, voici le Flic de Belleville. Omar Sy occupe le rôle principal et fait de ce film une très sympathique comédie.


Troisième volet de la franchise, Johnny English contre-attaque revient pour encore une fois détourner tous les codes du film d'espionnage avec un Rowan Atkinson toujours aussi burlesque!


Michel Ocelot continue de tracer son sillon dans le film d'animation français et nous en présente son dernier: Dilili à Paris. Le papa de Kirikou reste un éternel chercheur d’innovations visuelles et esthétiques tout en étant fidèle à ses convictions (défendre l'altérité, les opprimés et l'art). Un film de 6 à 99 ans!
Et si l'on pense que ces films d'animation se font avec facilité, allez lire cette article.


Damien Chazelle signe le biopic du premier homme sur la lune  et nous embarque dans une odyssée hyperréaliste. En effet, First Man est très riche autant sur la conquête spatiale (le "prodige" que fut le fait de se poser sur la lune) que sur l'intériorité de l'homme qui fut le premier: Neil Armstrong.
Un film qui mêle intime et extraordinaire pour de très beaux moments de cinéma!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire