mardi 9 mai 2017

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Emmanuel Courcol s'attaque à un sujet fort et ambitieux pour son premier film: dépeindre les traumatismes psychologiques liés à la guerre. Cessez le feu suit alors deux frères aux trajectoires différentes et diverses. La facture classique du film colle bien à son sujet et l'interprétation des deux personnages principaux, respectivement par Romain Duris et Grégory Gadebois, est brillante.



Aurore est une comédie tendre et drôle qui s'attache à un moment de la vie peu abordé au cinéma, la cinquantaine.  Ce film prend le parti pris de la vie quotidienne et de toute la loufoquerie qu'elle peut comporter. Agnès Jaoui ne craint pas d’assumer l’âge ingrat et enfile le costume de ce personnage qui lui va comme un gant. Elle est pétillante, naturelle et touchante.



Pour son nouvel opus, Dreamworks développe un scénario joliment saugrenu... Baby Boss sur le thème de la jalousie provoquée par l’arrivée d’un petit dernier au sein du noyau familial, développe une histoire de bébé en "costard court" qui permet de nombreux gags (autant corrosifs sur notre monde d'adulte que régressifs). Une très bonne surprise!
Dès 6 ans 
 


Seconde comédie de la semaine, Jour J lorgne du côté de la comédie vacharde et débridée américaine (on pense rapidement à Judd Apatow). Reem Kherici, qui est devant et derrière la caméra, s'est écrit un film énergique qui dynamite la comédie romantique tout en interrogeant le couple contemporain.
Un trio de vaudeville version 2017!


Si le film ne brille pas par sa nouveauté (notamment dans son histoire), L'école des lapins  devrait faire l'unanimité chez les plus petits de par son énergie (communicative), ses gags et ses rebondissements. Le tout avec un graphisme très d'aujourd'hui.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire