lundi 4 juillet 2016

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Retournant la fameuses phrase antisémite "Ils sont partout", Yvan Attal s'attaque sur le mode du film à sketches aux préjugés anti-juif.  Ce style par définition inégal est relié par les très bonnes séquences d'Yvan Attal chez son psy. Pour le reste, on retrouve Dany Boon, Benoit Poelvoorde ou François Damiens au casting pour un humour percutant et ravageur.
Il fallait le tenter!


Inspirée de l'histoire vraie des parents de Kamini (rappeur), Bienvenue à Marly-Gomont est une bonne comédie basée sur un comique de situation: une famille noire, dont le père médecin, décide de s’installer dans un village de Picardie où ils sont les premiers noirs. Les personnages sont attachants et, même si on sait vers quoi l'on va, on suit cette histoire avec grand plaisir. 
Un film sincère!


Le retour de notre ami Patrick, toujours interprété par Franck Dubosc, et son eternel maillot de bain. Camping 3 reste dans la veine des précédant opus et c'est comme retrouver des copains chaque été... on est au rendez-vous!


Avec un peu de retard mais pas moins de plaisir, le voici enfin: Dory, le poisson chirurgien bleu amnésique! Film virtuose au niveau de l'animation et de l'humour, ce film n'en distille pas moins un joli message sur  le sentiment d’abandon, le dépassement de soi et la quête de ses origines.
Une fable initiatique qui ne boit pas la tasse!


Christophe Barratier consacre un film à l’ancien trader, Jérôme Kerviel. L'outsider dresse le portrait de ce dernier (à noter que le film est basé sur le livre de Jérôme Kerviel) en essayant de décrypter de l'intérieur ce qui a conduit à ce que l'on sait tous. Une plongée intéressante en compagnie de deux très bons acteurs dans un monde opaque.
Le film se regarde comme un thriller.



AVANT PREMIÈRE:  Les deux inséparables bricoleurs ont encore des idées à la pelle pour améliorer leur quotidien. Un brin gaffeurs, mais surtout très marteaux, ils nous font toujours autant rire dans cette nouvelle sélection de courts métrages.


À 40 ans, Stéphanie (Alexandra Lamy) est contrainte de retourner vivre chez sa mère (Josiane Balasko)... Retour chez ma mère est, vous l'aurez compris, dans le pure tradition des comédies sociales. Au delà de certains passages obligés, les sujets sont bien abordés, le duo de comédiennes est bien senti et l'humour est au rendez-vous!
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire