lundi 14 mars 2016

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Qui a dit qu'il ne se passait plus rien dans le troisième age? 45 ans fait mentir cet adage. Andrew Haigh réalise un film discret mais cruel où un couple doit, à l’automne de sa vie, remettre en question tout ce sur quoi il s’est fondé. En outre, il offre à  Charlotte Rampling l’un de ses plus beaux rôles.
Tout se joue sur les nuances, un silence, une voix tremblante, une larme qui perle.(CultureBox)



Le schéma des Naufragés a été vu et revu: deux personnages aux antipodes réunis par des circonstances exceptionnelles. Ici, ce sont: un requin de la finance et un brave teinturier perdus sur une île déserte du Pacifique. La chose amusant, au delà des acteurs que l'on a plaisir à retrouver, est le mélange avec le film d'aventure qui offre les meilleurs moments.


Attention très très drôle! Zootopie, le dernier, Disney, est une merveille d'inventivité. Au delà de l'accroche première: une ville habité par des animaux aux comportements humains, c'est bien toute notre société et ses comportements qui sont passés à la moulinette.
Richesse visuelle, inven­ti­vité folle, humour déso­pi­lant et réfé­rence à la pop culture: Zooto­pie enchante autant les parents que les enfants. (Gala)


Eperdument raconte l’histoire vraie de la passion interdite d’un directeur de prison et d’une détenue. La grande réussite du film est d'avoir transposé une histoire d'amour interdit dans une prison. Cela renforce bien sur le côté interdit mais offre au réalisateur un très beau travail sur le corps dans l'espace. Ce film repose aussi, pour ceux qui ont regardé le casting, sur les deux acteurs principaux: Guillaume Gallienne, électron libre de la Comédie-Française et Adèle Exar­cho­pou­los, toujours autant à fleur de peau.


Jeudi 17 mars - 20h00
Autour du film "De toute nos forces" et accompagnés par des professionnels de santé, venez échanger autour du thème "santé physique, santé psychique: un lien vital!"



Les Incontournables du Savoie:

Marguerite - Césars: Meilleure actrice
La bande annonce le laissait sentir... Marguerite est une réussite qui met Catherine Frot en avant pour notre plus grand plaisir. On parle déjà de ce rôle comme l'un des plus grands rôles féminins de l'année et donc un possible prix au César 2016. Ce portrait de cantatrice qui chante faux fait la synthèse entre tragédie et comédie le tout dans une reconstitution de l'époque parfait.


Mustang - Césars: Meilleur premier film 
Mustang est un film qui a fait beaucoup parler de lui au dernier Festival de Cannes et que de nombreuses personnes attendaient. Nous sommes très contents de pouvoir vous le montrer.

Deniz Gamze Ergüven nous donne à aimer très fort fort ses indomptables héroïnes ;  à travers leur combat que leur beauté et leur jeunesse exaltent, c'est celui de toutes les femmes qu'elle exprime et dans bien d'autres pays que la Turquie. Allez voir "Mustang", conte salutaire à la radieuse sensualité clandestine. (Marianne)


La loi du marché - Césars: Meilleur acteur
Il est rare qu'un film donne à voir et sentir la réalité à ce point. La loi du marché de Stéphane Brizé y parvient grâce à un casting mélangeant un acteur professionnel (Vincent Lindon qui a reçu pour cette performance le prix d’interprétation à Cannes 2015) et des acteurs non-professionnels qui jouent leur propre rôle. Cela donne un film social fort, brut (si ce n'est brutal) qui décrit le monde du travail de manière frontale...
Un film d'une "simple" vérité.


The revenant - Oscars: meilleur acteur
On a déjà entendu de nombreuses choses sur ce film (et même bien avant sa sortie). Ce qui est sur c'est que c'est du "Cinéma" autrement dit un film qui nous emmène ailleurs, nous fait éprouver d'autres sentiments, nous dépayse, nous fait peur, etc. Ce film est une véritable fresque avec très peu de dialogue mais une mise en scène magistrale et un acteur au somment de son art.


Spolight- Oscars: meilleur film 
"Spotlight" s'inscrit dans la grande tradition américaine des films d'enquête journalistique comme, sans doute le plus connu, "Les Hommes du président" (1976). C'est un film sec, sans dramaturgie excessive, même le casting quatre étoiles ne nuit pas à ce but (les acteurs sont au service du film et du scénario). Et cela impressionne. Déjà un classique?
 

Le troisième opus reste au niveau de la saga (on en a toujours dit du bien!) Divergente 3 voit les personnages évoluer dans un nouveau monde et de nouveaux paysages, le tout avec une intrique dynamique et des traitrises au moment où l'on s'y attend le moins!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire