lundi 18 janvier 2016

Cette semaine au cinéma Le Savoie

S'emparant d'un sujet fort (Moby Dick) et mélangeant les styles, Ron Howard (Da Vinci Code et Apollo 13) signe un film spectaculaire. Au cœur de l'océan allie suspense psychologique et intensité dramatique pour nous livrer un film fort avec séquences d'effets spéciaux, mais sans perdre une certaine réflexion (les hommes face à leur propre monstruosité).


Le nouveau est un film qui nous surprend. En effet, à la lecture du résumé (La première semaine de Benoit dans son nouveau collège ne se passe pas comme il l’aurait espéré...), on aurait pu croire ce film vu et revu... Et pourtant, posant un regard juste et bien équilibré, Rudi Rosenberg fait un film tendre qui nous fait sourire de bout en bout.


Snoopy, Charlie Brown, Lucy, Linus et le reste du gang bien aimé des « Peanuts » font leurs débuts sur grand écran. Ce premier film tiré de l'univers créée voilà soixante-cinq ans par Charles M. Schulz est très fidèle au comic strip. Un film tout rond et coloré.
A partir de 5 ans. 


On ne va plus présenter ce film, je pense que tout le monde en a entendu parler... Si vous n'avez pas encore vu le dernier Star Wars, courez, ce sont les dernières séances (une en 3D, une en VO).


La fille du patron est un bon exemple de cette nouvelle génération de film français qui regarde l'époque actuelle. Le réalisateur construit un drame sentimental sur fond de crise de l’industrie textile et de tournoi de rugby en évitant de nombreux écueils (et il y en avait des possibles!) et en dessinant deux beaux portraits de femmes.


Tarantino revient avec un nouveau western et cela n'a pas été sans mal (on se souvient que le scénario avait fuité et Tarantino avait failli lâcher le projet). On ne va pas trop dévoiler le film, ce qui est sur c'est qu'on retrouve bien la patte du "maître" entre hommages multiples, musique magnifique, dialogues en roue libre et violence au rendez-vous.
"Tarantino réinvestit le western, le chargeant de toutes les violences de son univers baroque, en fouillant les démons identitaires qui hantent l’Amérique." (LeDauphiné)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire