lundi 11 mai 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Emmanuel Mouret trace son sillon film après film. Avec Caprice, il renoue avec la comédie romantique (soit le meilleur de sa filmographie) et nous offre un film plein de fraicheur et de tendresse (tellement loin des stéréotypes que l'on nous offre à longueur d'écran). Le film explore sa situation (un trio amoureux) et ne vaut que par son propre jeu de regards, de questions et de dialogues.
C'est bien du Woody Allen parisien : la coulée verte en ersatz de Central Park, une scène d'aquarium comme dans Alice, plus largement cette absolue liberté du récit qui fait de chaque film une fable faussement familière, profonde, toujours savoureuse. (Télérama)


Le retour des Avengers était attendu. Et ils ne nous déçoivent pas. Le film a été pensé et travaillé au millimètre entre scènes d'action ébouriffantes et dialogues déjà mythiques. Avengers est un pur divertissement et en même temps c'est exactement pour cela qu'il a été conçu. Rien à cacher, les super héros donnent tout ce qu'ils ont!


Adapté d'un grand classique de la littérature jeunesse suédoise, Lilla Anna est un dessin animé tendre qui emmènera nos plus petits vivre les aventures de Lilla Anna et de son (très) grand Oncle. Ils construisent une cabane, vont à la pêche, font du ski…
A partir de 3 ans. 


Richard Berry adapte sa pièce de théâtre qui a fait un carton. Nos femmes est une bonne comédie qui garde beaucoup son côté théâtre de boulevard et l'énergie qui va avec. On y retrouve avec plaisir trois compères (Richard Berry, Daniel Auteuil et Thierry Lhermite) qui nous offrent une histoire d'amitié troublée...
Jusqu'où iriez vous par amitié?


L'évocation de la Shoah est toujours compliquée au cinéma. Le labyrinthe du silence, de par son approche allemande (interne pourrait on dire), s'en sort très bien et Giulio Ricciarelli signe un premier film fort. Le film, extrêmement documenté et fouillé, laisse une grande place aux faits et à l'histoire (qui se suffisent largement à eux-mêmes). 
Un film intelligent et éclairant.
La prise de conscience par l’Allemagne de ses propres démons et des trous noirs de son histoire : un sujet passionnant.(LeDauphiné)

1 commentaire: