lundi 27 avril 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Les derniers Oscars ont consacré un seul et unique (presque) film: Birdman. Et ils ne se sont pas trompé. Le film est surprenant à plusieurs égards. Iñár­ritu (réalisateur de 21 grammes ou encore Babel) réalise un tour de force: le film est un unique plan-séquence. Michael Keaton livre une impressionnante prestation. Enfin, l'envers du décor d'une ancienne star du cinéma et la réflexion qui s'en suit est passionnante.
Un film qui devrait mettre tout le d'accord!


Max Boublil nous offre une parodie potache de Robin des bois. Un film tout en détournement (Dans sa quête d'argent facile pour acquérir une maison close, il croise le gang de Sherwood et change son arc d'épaule) et en blagues plus ou moins lourdes...
Du pur divertissement!


Pourquoi je n'ai pas mangé mon père est un projet monstre. Jamel Debbouze, son réalisateur, a mis 7 ans à le finaliser et c'est le film premier entièrement réalisé en performance capture en Europe... C'est donc un pari risqué. Le film sent de nombreuses influences mais Jamel arrive tout de même à y mettre sa patte. Le film est surtout un joli et tendre regard sur l'espèce humaine et son évolution. Enfin, l'animation est de toute beauté.
Un film familial par excellence!


Entre amis est une comédie de couples et de potes sur un bateau avec des acteurs qui sont devenus, au fil des ans, "nos amis" (Auteuil-Jugnot-Berléand) et que l'on a plaisir à retrouver. Le film ne brille pas par son originalité mais les situations et travers de chacun nous font rires et nous revoient, plus souvent, que l'on ne le voudrait à nos propres vies.


Un film qui donne envie d'aimer la vie (et de l'aimer même si...) En équilibre est un film juste, intense et émouvant sur le parcours de deux personnes qui reprennent gout à la vie. Mention spéciale à Albert Dupontel qui confirme film après film son incroyable palette de jeu.
Un film subtil.



Les gorilles propose au spectateur une comédie d'action distrayante qui repose sur le bagout de ses deux acteurs principaux. Le tandem improbable mélange Joey Starr dans le rôle de la brute épaisse et Manu Payet dans celui du débutant...


Jafar Panahi nous offre son dernier film envers et contre tout (il n'a plus le droit depuis de nombreuses années de filmer en Iran ni de sortir de son pays). Dans Taxi Téhéran, il s'improvise chauffeur de taxi (avec une caméra dissimulé à bord) et sillonne les rues animées de Téhéran. Avec cette technique toute simple, il dresse un portrait de la société iranienne tout en finesse et complexité.
Un film aussi politique que cinématographique.
 Et c’est toute la société iranienne qui défile devant sa caméra cachée, dans un film qui est un superbe hymne au cinéma et à la liberté. (DauphinéLibéré)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire