lundi 20 avril 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Benoit Jacquot revient avec un nouveau film d'époque et en costume: Journal d'une femme de chambre. Il nous propose une adaptation habile du fameux roman d'Octave Mirbeau. La caméra de Benoit Jacquot, la performance exceptionnelle de Léa Seydoux et leur complicité en fait un film très fort et très contemporain (malgré la langue et l'époque).
"Benoit Jacquot filme au plus près Léa Seydoux dans un de ses rôles les plus saisissants." (FemmeActuelle)


Pourquoi je n'ai pas mangé mon père est un projet monstre. Jamel Debbouze, son réalisateur, a mis 7 ans à le finaliser et c'est le film premier entièrement réalisé en performance capture en Europe... C'est donc un pari risqué. Le film sent de nombreuses influences mais Jamel arrive tout de même à y mettre sa patte. Le film est surtout un joli et tendre regard sur l'espèce humaine et son évolution. Enfin, l'animation est de toute beauté.
Un film familial par excellence!

Un nouveau film de Clint Eastwood est toujours un événement... et il a fait fort. Comme toujours avec ce dernier il est difficile de le situer exactement (apologie de la guerre ou le contraire), chacun se fera son avis. American Sniper décrit parfaitement le cheminement d'un héros de guerre qui est encensé dans son rôle de guerrier et par sa hiérarchie et, de l'autre côté, son retour à la maison. On passe très habilement du film de guerre au drame psychologique.
Film éclatant et secret (...) c'est magnifique et terrible à la fois. C'est bien un film de Clint Eastwood.  (CharlieHebdo)   


Comme d'habitude, les studios Dreamworks poussent loin le délire, multipliant gags, rebondissements et bestioles bariolées... Avec En route, nous sommes partis pour une heure et demie de rire et d'émotions fortes. Avec, à la prime, un joli message sur la tolérance.
Une franche réussite!
A partir de 5 ans. 


Un film qui pourrait laisser penser que l'on a déjà vu ce genre d'histoires de nombreuses fois mais qui pourtant révèle de nombreuses surprises. Suite française, adapté du roman posthume retrouvé d’Irène Némirovsky, met en scène l'histoire d'un amour impossible (entre une française et un officier allemand durant l'Occupation). La force de cette histoire captive...

 Le remake de Cendrillon remplit très bien son contrat et nous entraine dans deux heures de féérie. On y retrouve à la fois la touche Disney et les apports personnels du réalisateur.
Un divertissement familial et magique.


Gros carton depuis quelques années, la saga des Fast and Furious résiste toujours et débarque avec le numéro 7!  Ce dernier se base sur les mêmes ingrédients de bases (action, voitures et humour), à noter que le film rend un vibrant hommage au regretté Paul Walker, un de ses membres originels, décédé durant le tournage.
Accrochez vos ceintures!



Max Boublil nous offre une parodie potache de Robin des bois. Un film tout en détournement (Dans sa quête d'argent facile pour acquérir une maison close, il croise le gang de Sherwood et change son arc d'épaule) et en blagues plus ou moins lourdes...
Du pur divertissement!


Une après-midi à ne pas manquer:
Une folle épopée pleine de tendresse et d'émotion, rythmée par une avalanche de gags qui feront mouche quel que soit son âge... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire