lundi 12 janvier 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Un film pour le moins original... White God se base sur une histoire pour le moins surprenante (bien que l'on comprenne vite le lien avec le monde actuel): Pour favoriser les chiens de race, le gouvernement inflige à la population une lourde taxe sur les bâtards. Leurs propriétaires s’en débarrassent. A partir de ce pitch, le réalisateur déploie une fable acérée avec une mise en scène efficace et sans effets numériques!
“White God” ne laissera pas indifférent.


Exodus, le dernier Ridley Scott, oscille entre relecture personnelle de la Bible (et plus précisément une nouvelle vision de l’histoire de Moïse) et film à grand spectacle. Si chacun se fera sa propre idée sur la lecture biblique. Le second "contrat" est remporté haut la main avec des scènes époustouflantes et une conception artistique léchée.


Paddington  réussit l'exploit de mettre la critique d'accord sur un film familial?! En effet, vous ne résisterez pas plus de deux minutes à cet ours en peluche. Le film est inventif tant au niveau des dialogues, du scénario que des situations et de l'humour. Bref, un divertissement familial à ne pas rater.


Piochant de ci de là, le dernier film de Pascal Thomas confirme l'esprit enjoué et décalé du réalisateur. Valentin, Valentin mélange avec brio Hitchcock, comédie, romantisme, musical... pour donner un film plein de fraicheur, d'une (fausse) légèreté, le tout très bien interprété (et il y a de nombreuses actrices et acteurs).
 

Le temps des aveux aborde l'histoire (vraie) d'un ethnologue enlevé par les Khmers rouges. Ce film évoque avec justesse les horreurs des régimes totalitaires. Le film tient principalement par le face-à-face du bourreau et de sa victime. Dans le rôle de cette dernière, Raphaël Personnaz (qui a perdu de nombreux kilos) incarne très bien son rôle.
Un duel saisissant.


Cold in july est une plongée glaçante dans les tréfonds des États-Unis et surtout de l’âme humaine. Un film de genre, un film noir bien corsé! Jim Mickle, le réalisateur, abonde de références et ne s'en cache pas. Les rebondissements sont nombreux et on ne va pas bouder son plaisir...
Humour noir et cynisme sont au rendez-vous.


Un film comme on en a besoin de temps en temps... Les héritiers est inspiré d'une histoire vraie et est tourné dans le lycée où se déroule l'action, cela donne un souffle à ce film. Il peut être qualifié de nombreuse façon (feel-good movie intelligent, message d'espoir, anti-cliché, jeunesse, émotion) ce qui est sur, c'est qu'il emportera votre adhésion!



Tomm Moore nous avait déjà impressionné avec son premier film. Il confirme (très) haut la main son talent avec son nouvel opus: Le chant de la mer. Tout y est féérie, fantastique et poésie. Tant qu'il est difficile de ne pas utiliser tous les superlatifs que nous connaissons... Un coup d'oeil à la bande-annonce devrait suffire à vous convaincre.
Un enchantement!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire