lundi 5 mai 2014

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Patrice Leconte revient avec Une promesse, film tiré du livre de Stefan Zweig. L’adaptation est très soignée (on pourrait même dire léchée), Patrice Leconte n'est pas un débutant et cela se sent. Toute la difficulté de ce film est que l'histoire est basée sur du non dit (deux êtres amoureux l'un de l'autre en secret), il fallait donc arriver à incarner et capter ces sentiments sur les visages, par un geste, une réaction...
Un film tout en intensité. 


Le film est déjà un succès public incontesté et il est vrai que Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu? rappelle les meilleurs comédies françaises populaires (dans le bon et vrai sens du terme). Autrement dit un film où l'humour casse les barrières, les problèmes pour reposer les choses de façon différentes et pour notre plus grand plaisir.
Le "Rabbi Jacob" des années 2000.


Un film que l'on pourra voir de nombreuses façons: Noé. En effet, le dernier film de Darren Aronofsky surprend beaucoup. Dans le style tout d'abord où l'on se trouve face à un peplum-biblique-action (!)  Dans la case où l'on peut ranger le film: à la fois blockbuster bourré d'effets spéciaux mais aussi relecture du mythe de Noé de façon très personnelle (et qui divisera donc). Par contre on sera tous d'accord sur le fait que certaines scènes scotchent  le spectateur dans son fauteuil et que le film reste un voyage cinématographique intense.
 


 A ne pas rater!!!

 


Donnant à ce thriller, 24 jours, une tonalité documentaire, le réalisateur touche son but.  En effet, il restitue avec brio l'angoisse (qui va crescendo) d'une mère dont le fils disparaît ainsi que l'absurdité, si ce n'est la barbarie, du geste de l'enlèvement pour motif raciste. 
Bouleversant!
 
"Avec une sobriété bienvenue, Arcady fait le choix de s'effacer derrière son abominable sujet. Au-delà de ce récit édifiant, il s'agit là de tirer la sonnette d'alarme afin qu'un tel drame ne se reproduise jamais plus." (Metro)

Un polar dur et haletant, tel est 96 heures. Ce dernier se caractérise surtout par un film en huit clos (ce qui n'est pas la coutume du polar) et un duel au sommet entre deux très grands acteurs (Niels Arestrup, le caïd, et Gérard Lanvin, le flic otage).  
Un film qui ne vous lachera pas! 
 


Réunissant Catherine Deneuve et Gustave Kervern, Dans la cour est une comédie vive, tendre et intelligente. Pierre Salvadori nous avait déjà habitué à de très bons films, mais ce dernier est sans doute un aboutissement. Il arrive à ce mélange si rare où les scènes déclenchent aussi bien le rire que la tendresse.  
Un film humain! 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire