lundi 6 janvier 2014

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Une course en avant, telle est la vie de Suzanne... Magnifique film que nous offre cette jeune réalisatrice, Katell Quillévéré, porté par Sara Forestier qui confirme tout le bien que l'on pensait d'elle. Ce portrait et ce parcours (accidenté) de cette jeune femme nous entraîne et en même temps Suzanne nous échappe en permanence...
Un film lumineux et tragique.


Alors que Mandela vient de mourir, voici un biopic qui arrive juste à temps pour nous rappeler quel homme était ce dernier. Mandela lui-même avait été convaincu de la performance de l'acteur, Idris Elba, jouant son rôle. Et ne peu que lui donner raison! En effet, les deux acteurs principaux (Winnie et Mandela) sont mus par une conviction et une énergie magnifiques.
Un film sur l’importance humaine et historique de Mandela.


Une réussite familiale d'où tout le monde ressort le sourire aux lèvres: le manoir magique. Ce film développe un univers très original peuplé de nombreuses créatures loufoques. On ne peut s’empêcher de rire aux gags et situations burlesques que rencontrent Tonnerre et toute sa bande!


Un retour à l'adolescence et une soirée sans prise de tête, cela vous tente? Venez voir 16 ou presque ou Laurent Lafitte en fait des tonnes, mais c'est le but!


Don Jon est un film double couche! D'un côté, une comédie romantique assez classique sans être désagréable (la présence de Scarlett Johansson ne peut pas l'être!). De l'autre, le jeune acteur passé à la réalisation, Joseph Gordon-Levitt, s’interroge sur l'intimité contemporaine avec comme pilier le porno (entre sex-addcit et femmes-objets).
Un film dans l'air du temps!


La vie est un long fleuve tranquille transposée au Japon, cela donne Tel père, tel fils du très bon réalisateur Kore-Eda. La comparaison s'arrête au scénario (échange des enfants à la naissance) car là où le français en faisait une comédie de mœurs, le japonais en fait un mélodrame intime. Un film construit de petites touches d'émotion, de moments simples en famille, qui nous emmène peu à peu vers une réflexion profonde. 
"Le Japonais Kore-eda explore le chemin bien plus escarpé du mélodrame intime, sur fond d’interrogations profondes sur les liens du sang. Il le fait avec justesse, élégance, sans le moindre pathos émotionnel, et son film est bouleversant du début à la fin."(LeParisien)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire